A la conquête du Chimborazo !


Le "Chimborazo", le volcan le plus élevé du pays / The "Chimborazo", the highest Volcano in the country

Le « Chimborazo », le volcan le plus élevé du pays / The « Chimborazo », the Highest Volcano in the Country

Notre but ultime en se rendant à la ville de Riobamba est de fouler le volcan Chimborazo (6268mANM) avec ses neiges éternelles. Après avoir consulté des tour-opérateurs, nous ferons une montée à pied à 5 000m à partir du premier camp de base et une descente du volcan en vélo de montagne!  … Et pourquoi pas?

A pied …

Tôt le lendemain matin nous partons à l’aventure. Une camionnette nous conduit à notre premier camp de base (4800mANM). De là, quelle étrange sensation lorsque notre ascension commence par un petit cimetière où des téméraires ont perdu leur vie pour l’amour du sommet du Chimborazo.  Cela met en doute notre ascension de 200 mètres sur une distance de 1 km pour se retrouver au 2ième  camp de base, soit 5030mANM!!!!  Bon, disons que nous ne ferons pas les fous … on veut tous vous revoir ! Oui, nous avons eu des effets dûs à l’altitude mais mineurs – étourdissements, coordination dans les mouvements de marche, vision floue. Et que dire des vents de haute altitude … de 80 à 100 km/h. Voyez par vous-même !

Vents de 80 à 100+km/h / Winds from 80 to 100+ km/h

Vents de 80 à 100+km/h / Winds from 80 to 100+ km/h

… Et en vélo

De retour à 4800 mètres, un repas nous attendait et le tout s’est remis en ordre. Nous nous devions d’être en bonne condition pour faire notre descente de vélo de 33 km dont 8,5km sur une route irrégulière de montagne, en poussière, roches et ce, avec un bon vent à décorner les boeufs. Le reste s’est déroulé sur une route asphaltée, toujours en descendant. De cette route, les paysages étaient d’une telle splendeur avec en arrière-plan le Chimborazo, quelques fois caché par les nuages et, si plus chanceux, le voir avec ses neiges éternelles en plein soleil.

Durant la descente, quelques « vicuñas » (vigognes) s’arrêtent de paître, le temps de prendre une photo ou deux. Ils ressemblent aux lamas mais beaucoup plus petits. Ils vivent à l’état sauvage.   Leur laine est plus fine et de meilleure qualité que celle de l’alpaga.  Ils sont protégés et on en compte environ 1600 dans la « Reserva de production faunística Chimborazo ».  On les retrouve aussi dans les Andes péruviennes, chiliennes et argentines. De plus nous avons rencontrés des lamas.

Obstacle sur la route !

En descente, nous arrêtons à ce barrage routier ! Les moutons désemparés, se dispersent. Le berger les ramènent à l’ordre … et nous demandent des l’$$$ pour ce spectacle improvisé ! 

Les couches de lave du Chimborazo Lava Layers

Les couches de lave du Chimborazo Lava Layers

Catégories :Equateur, Randonnée, VéloTags:, , , , , , , , ,
%d blogueurs aiment cette page :